(ça fait un peu titre des Marseillais à Cancun mais bon…)

Plage, cocktails & dollars ont rythmé notre quotidien à San Diego… Non en vrai pas du tout mais maintenant qu’on a capté votre attention on peut vous parler sérieusement ! Prêts à vivre avec nous un bout de notre « trip to USA motherf***** » ?

JOUR 1 : Nous sommes partis de Clermont-Fd le 15 janvier et après avoir couru dans les terminaux pour ne pas louper nos différents avions (Clermont-Paris-Salt-Lake city) nous sommes enfin arrivés après 20h de vol à San Diego. Le soleil était présent pour nous accueillir donc c’était plutôt sympa.

Après avoir galéré à capter le réseau des States (t’as vu on est bilingues) nous avons pu commander un Uber (parce que ça y en a partout… enfin pas à Clermont mais sinon y en a partout) qui nous a amené à notre hôtel. Le Manchester Grand Hyatt Hotel classé parmi les 100 plus grands hôtels du monde. Nous sommes donc montés voir nos chambres respectives au 11e et 12e étages, c’était plutôt sympa faut se l’avouer :

Après avoir posé nos bagages nous avons envoyé un message sur le groupe WhatsApp réunissant tous les Rotaractiens invités à SD et nous nous sommes rejoint dans le hall pour baragouiner quelques mots en anglais « we’re not very fluent in english, you know … So … WELCOME TO FRANCE ». Bref, après avoir galéré un peu nous nous sommes fondus dans le groupe. On a enfin pu commencer à profiter de notre séjour.

Les évènements se sont alors enchainés : Nous avons eu l’occasion d’assister à la parade des pays, où nos gouverneurs français ont représenté l’Hexagone :

Ensuite, l’heure est venue de déguster la cuisine locale, au célèbre Cheesecake Factory, ou nous avons retrouvé au fur et à mesure de la soirée des Rotaractiens du monde entier, et où nous avons pu échanger avec notamment des coréens, des australiens ainsi que Tom Silverson, ancien président du MDIO Britannique et Gaël, notre futur compagnon francophone venant de l’île Maurice.

JOUR 2 : Une bonne nuit de sommeil,  et un réveil à 4h du matin (merci le Jet Lag)  plus tard, nous sommes partis à la découverte de l’Amérique (enfin de San Diego faut pas abuser on avait qu’une demi-journée off) ! Un petit tour en ville avec Tom, Gaël, Lauro (Philippines) et quelques autres, à la recherche de souvenirs !  Ce n’est pas le tout, mais on reste quand même des touristes !

Le soir venu et tous les Rotaractiens étant arrivés, nous avons pu récupérer nos welcome-packs pleins de goodies pour l’année prochaine (promis on vous montrera les chaussettes, elles valent le détour. Par contre si t’es épileptique RESTE LOIN DE CES CHAUSSETTES). Nous avons enchainé sur une réception dédiée au Rotaract avec l’ensemble des Rotaractiens invités et les différents présidents du Rotary International. Cette « soirée popcorn » fut l’occasion de discuter librement avec les instances Rotariennes, et les décideurs de notre organisation. S’en est suivi un discours poignant de Mark Maloney, président élu du Rotary International.

Il nous a rappelé l’importance de notre venue, et les buts des Rotaractiens. Nous ne sommes pas là en vacances, mais pour faire changer la vision que peuvent avoir certains gouverneurs élus, engager un mouvement commun pour améliorer les clubs de notre grande famille, et créer ensemble le Rotary de demain !!

C’est à ce moment-là que nous avons pris conscience du pouvoir des Rotaractiens. Pour le Rotary International, nous ne sommes pas de simples « partenaires », nous sommes un moteur qui permettra de créer le Rotary de demain, et une force de proposition pour les gouverneurs élus (ça va la pression sur les épaules ?)

JOUR 3 : Le lendemain, nous avons réellement commencé à travailler lors de l’Assemblée Internationale du Rotary. Une première séance (de 2 heures) avec l’ensemble des gouverneurs a été l’occasion de faire l’ouverture officielle de l’assemblée aux Rotaractiens. Cette séance s’est faite en grande pompe par un discours de Mark Maloney et un levé de drapeau Rotaract.

Notre porte-parole Rotaract, Elyse Lin de Taipei, est arrivée du fond de la salle avec un immense drapeau Rotaract et l’a mis sur scène, aux côtés du drapeau Rotarien et de l’ensemble des drapeaux des pays accueillant un club Rotary.  On était plutôt fiers d’être Rotaractiens (faut se l’avouer), et enfin d’intégrer le Rotary International. Bon ça s’est entendu, car les Rotariens et Rotaractiens se sont levés, ont applaudi et ont fait du bruit pour célébrer ce moment (un vrai bazar comme en CN).

Après des discours passionnants, notamment d’Elyse  et Samantha Fewster, d’Australie et une présentation du Conseil d’Administration du Rotary International 2019/2020, nous avons débuté les Breakout Sessions (ça fait plus classe de le dire en anglais). Ce sont des sessions de travail avec les gouverneurs élus francophones, la première étant sur le thème de la promotion du Rotary/Rotaract.

Plus qu’une session de travail, ce fut l’occasion de rencontrer, débattre, et échanger avec les décideurs de demain. Nous ne sommes pas simplement contentés d’attendre. Avec l’aide des animateurs, nous avons contribué à bousculer les préjugés des gouverneurs. Nous avons eu l’occasion de voir des gouverneurs élus soudés, ayant une vraie dynamique de groupe et des idées pour modifier en profondeurs les districts dans les prochaines années.

L’après-midi, même déroulé, une séance plénière avec pour terme « Etendre la portée du Rotary » et un atelier sur « renforcer et soutenir les effectifs ». Lors de ce Beakout session, la place du Rotaract était centrale. Nous avons pu présenter les méthodes de recrutement Rotaractiennes, qui diffèrent avec les habitudes Rotariennes.

Après un entretien de plus de 2 heures avec Catherine Nyffenegger de Zurich (que certains connaissent déjà #Cathoche #Zurich #CatherineTMTC) pour parler du Rotaract en France, et de l’organisation interne de la machine Rotarienne, nous nous sommes rendus à la soirée du Festival International. Chaque pays avait préparé un petit spectacle représentatif de son pays.

Pendant que les Rotariens étaient assis sur leurs sièges, les Rotaractiens faisaient… du Rotaract. Nous étions sur un flanc de la salle, ensemble, debout, à mettre de l’ambiance, danser, chanter, s’amuser, et faire un maximum de bruit pour motiver les Rotariens sur scène. Un joyeux bordel disons-le.

Ça a été un excellent moment avec des Rotariens Français qui, pour représenter la France, ont porté des tee-shirts « CHAMPIONS DU MONDE » avec une danse sur Magic System et Vegedream (Oui oui…). Bizarrement nos amis francophones belges n’ont pas voulu porter le tee-shirt et monter sur scène… on se demande bien pourquoi (FR 1-0 BEL) .

La soirée s’est poursuivie par un repas avec les Rotaractiens en ville et une longue nuit … Mais ça on ne vous le racontera pas après tout « tout ce qui se passe à San Diego, reste à San Diego ».

 

JOUR 4 : Après un réveil toujours trop tôt nous nous sommes réunis pour travailler autour des thèmes suivants : « le Rotary s’adapte au monde à venir », « Gérer le changement », et « La nouvelle stratégie du Rotary ». C’est lors de ce dernier atelier que nous avons découvert la nouvelle campagne du Rotary « People of Action » ! C’est sur MyRotary si vous voulez plus d’infos !

Pour terminer cette 4e journée nous avons eu un dernier atelier, uniquement avec les Rotaractiens et Mark Maloney, où nous avons travaillé sur la mise en place d’actions concrètes dans nos districts, nos pays pour faire vivre le Rotary avec ce qu’on a acquis lors de l’Assemblée.

Le président élu du Rotary International nous l’a clairement dit, pour la première fois les Rotaractiens étaient là. Nous étions des pionniers, dans la transformation profonde du Rotary. Et nous ne serons pas les derniers. L’année prochaine, d’autres Rotaractiens seront là. Et encore l’année suivante. Car notre simple présence, et les discussions que nous avons eu, dans et en dehors des ateliers, ont profondément changé la vision des gouverneurs élus. Et ça doit continuer !!

JOUR 5 : Pour terminer cette merveilleuse semaine, nous avons assisté, le vendredi, à une soirée d’au revoir, avec des sketchs et des discours montrant une volonté claire de continuer à changer le monde.

En bons rotaractiens on a décidé de continuer la soirée entre rotaractiens pour échanger, ensemble, sur nos opportunités de changer le monde et nos districts, toute la nuit autour d’un feu de camp avec vue sur la mer… Un cadre idyllique pour cette dernière soirée tous ensemble car le lendemain beaucoup de Rotaractiens repartaient chez eux. NB : quand un Rotaractien brésilien te propose de l’alcool de chez lui, fait maison, dans une bouteille en verre… ne pas dire oui.

JOUR 6 : Pour nous l’aventure n’était pas finie. Le lendemain, nous avons continué nos échanges avec les Rotaractiens qui restaient, nous avons pris des rendez-vous pour le futur (« See you in Hambourg… »), nous avons visité, pris des photos de la ville, et on a bien galéré pour fermer les valises.

Après une (très) courte nuit, c’était l’heure du retour, avec plus de 20 heures de vol, et un retour sous la grisaille de l’Auvergne. C’était bien plus difficile de passer des 28°C à SD aux -2°C à Clermont que l’inverse à l’aller.

Pour conclure, on peut juste vous dire que ça a été une expérience incroyable. On y a beaucoup appris, sur le Rotary, le Rotaract, notre grande famille et sur nous même ! C’est une expérience indescriptible surtout quand on est les premiers à faire partie de cet évènement.

Alors si vous êtes toujours là à lire nos prouesses jusqu’à la conclusion, permettez-nous de vous donner un petit conseil :

CANDIDATEZ pour que l’année prochaine vous ayez la fierté de représenter tout un pays, 18 districts et des 100aines de Rotaractiens.

CANDIDATEZ pour vivre ce moment inoubliable.

CANDIDATEZ pour vous aussi voir « How Rotary CONNECTS THE WORLD ».