Le club Rotaract de Clermont-Ferrand a accueilli une centaine de Rotaractiens fin août 2017 lors d’un week-end national de cohésion entièrement dédié à la découverte de l’association SOS Attitude.

  • L’INITIATIVE

Chaque année, le Rotaract France porte au sein de son réseau une action nationale. L’ensemble des clubs français participe ainsi au développement d’un projet commun. L’année passée, sous le mandat 2016-2017 de Pierre Deyris, les clubs se sont engagés à vendre des bracelets #EndPolio afin de sensibiliser à la lutte menée par le Rotary contre la poliomyélite. Cette année, sous le mandat de Thomas Lamy, les clubs s’engagent à soutenir SOS Attitude. Frédéric Madinier, Heilmar Becker et Minh Hanh Nguyen du club Rotaract Paris Ouest (district 1660) ont participé à ce 1er week-end de cohésion estival. Retour sur leur expérience:

À la différence des WECN (week-ends de coordination ou convention nationales du MDIO Rotaract France), ce week-end de cohésion était entièrement dédié à une action. « Une activité était organisée tout le long de week-end et la répartition imposée des membres par équipe a permis une réelle rencontre entre les clubs. »

« C’est le week-end du Rotaract où j’ai le plus échangé avec les autres. » résume Minh-Hanh Nguyen.

  • LA MISE EN SITUATION

Comme la chaleur, la convivialité était au rendez-vous, et ce dès le repas d’accueil du vendredi soir avec la découverte des spécialités régionales de chaque district. L’équipe organisatrice (portée par Thomas et Alexis) a mis en place plusieurs navettes entre la gare et le camping où était accueillis plus de 100 rotaractiens. Le temps pour les premiers arrivés de découvrir le domaine et de laisser gagner son nouveau coordinateur national au mini-golf !

Le soir même, les groupes d’activités étaient formés. Les membres de l’association SOS Attitude se sont présentés avant de proposer un scénario collectif aux équipes. Imaginez qu’un terrible tremblement de terre secoue Clermont-Ferrand. La mission du Rotaract dans une telle situation: établir un camp de réfugiés. « Nous avons alors montés les tentes qu’ils utilisent sur le terrain pour aider les populations sinistrées ».

Une tente permet de mettre à l’abri jusqu’à 10 personnes.

Dans chaque équipe, un « team leader » s’assurait de rester en contact direct avec les membres de SOS Attitude et faire le lien avec le reste du groupe. « Un exercice qui a nécessité que l’on change à plusieurs reprises de représentant ». Un bon moyen pour les membres de découvrir le leadership dans une situation d’urgence. Nos gaullois avaient ainsi leur campement pour la nuit !

« Je suis arrivé dans une superbe équipe, soudée et ouverte aux autres (tellement qu’il y avait plus de personnes dans la tente que dans l’équipe..) » s’étonne Heilmar Becker.

  • LE PARCOURS DES HÉROS

Ca n’est que le lendemain, après un réveil bien matinal, que les rotaractiens se sont attelés à un vrai parcours du combattant alliant: marche, canoë, ascension d’une colline, étude de terrain et réflexion autour d’un projet de terrain avec SOS Attitude. Seule exigence demandée aux équipes: faire remonter chacune de leurs actions au bureau du Rotaract France afin de maximiser la communication.

Lorsque les premiers groupes sont partis, nous avons découvert 2 ateliers » :

  1. Présentation des outils mis à disposition par l’association SOS Attitude tel que: le sac utilisé par l’association sur le terrain. « Nous avons découvert l’intérieur du sac, la construction habile et les astuces secrètes qu’il comporte » et la découverte d’outils « gadgets » tel qu’un carnet dont les pages ne prennent pas l’eau.
  2. Démonstration des attitudes à adopter pour se protéger en cas de sinistres. Il est conseillé de se renseigner auprès de votre Mairie pour obtenir gratuitement un fascicule sur les comportements à adopter. L’objectif de l’association est dans le titre de cet article : transformer des victimes en survivants. Pour y parvenir, ils ont besoin en priorité d’un camp, stabilité pour les sinistrés.

Frédéric a pris le rôle de « team leader » : « J’ai distribué les rôles au sein de mon groupe. Il y avait un responsable du temps (qui s’assure que les durées sont respectées), un responsable sécurité (qui vérifie que les membres ne prennent pas de risque), un responsable bien-être (qui se charge des problèmes de santé éventuels) et un responsable de coordination (qui lit la carte d’orientation). »

Une fois le campement mis en place, les équipes prêtes: l’expédition peut commencer ! SOS Attitude s’est chargée de recréer toutes les contraintes auxquelles il est possible d’être confrontées sur le terrain. Premier obstacle: un contrôle d’identité. Le groupe a marché jusqu’au pont de Cournon, où les membres ont embarqués sur des canoës/kayaks. C’est plus loin sur le fleuve qu’il est forcé de s’arrêter. Frédéric Madinier, en tant que Team Leader, rejoint les membres de SOS Attitude qui jouaient le rôle des autorités locales. « J’ai dû m’exprimer en anglais avec eux, leur présenter l’association SOS Attitude et leur donner la raison de notre présence ainsi que notre objectif. Suite à cela, ils nous ont donné un laisser-passer ».

Après avoir repris leur navigation, le groupe a profité d’un arrêt au pont suivant pour profiter d’un pique-nique. Rapidement, ils ont repris leur parcours par une marche jusqu’en haut d’une colline idéale pour accueillir un camp de réfugiés. Après analyse du terrain, l’endroit n’était pas le bon pour établir un camp. « On devait regarder si le terrain est assez grand, le sol adapté pour des tentes, un bon accès, possibilité de clôturer le terrain, et si possible de l’ombre ».

Ils sont donc revenus sur leurs pas afin de trouver le lieu adéquat. « Les membres de SOS Attitude nous ont alors demandé de dessiner un plan de campement optimal. Nous avons réfléchis en équipe sur la meilleure répartition possible sur le camp. Les idées pour améliorer la vie (comme l’accès aux télécommunications ou le développement de la vie du camp) ont été vivement appréciés ».

Chaque équipe a ainsi effectué 12km de marche et 3km de kayak sous un soleil de plomb et des températures supérieures à 30 degrés.

Heureusement, ils ne se sont pas laissés abattre et l’amusement était au rendez-vous tout le week-end: batailles d’eau, piscine..

  • (DÉ)LIBÉRATION

C’est le lendemain que le jury a rendu son verdict. L’équipe composé par les RRD (responsables régionales du Rotaract France) a gagné grâce au plan qu’ils avaient mis en place pour acheminer l’essentiel les 48 premières heures (et un autre plan pour la suite).

Thomas Lamy invite tous les club Rotaract français a réaliser une levée de fonds de 350€ au profit de cette association (prix d’une tente d’urgence). Et si vous ne pouvez pas aider SOS Attitude sur le terrain ou financièrement, nous vous invitons à suivre leur page Facebookwww.facebook.com/SOS.Attitude ! Une entreprise partenaire reverse 1000€ tous les 1000 likes sur leur page !

_

« Le fait d’avoir mélangé les équipes était génial ! »

« Heureusement qu’il y avait le canoé et les batailles d’eau pour se rafraichir. »

« J’ai également fait de très belles rencontres ! »

« Un des meilleurs team-building que j’ai fait. »

_

Notre dernier mot s’adresse aux organisateurs. Humble, sincère et grand : MERCI !!

Texte original : www.rotaract-paris-ouest.org/sos-attitude-transformer-les-victimes-en-survivants

Miasarah Blandon.